Navigation – Plan du site
Annuaire de sites
Laetitia Nicolas

Bishop Museum Archives

Notice créée le 22/10/2008, Notice révisée le 25/10/2008
bishop-museum-archives

Le Bishop Museum a été fondé en 1889 par Charles Reid Bishop, en l’honneur de sa femme, la princesse Bernice Pauahi Bishop, dernière descendante de la famille royale de Kamehameha. Depuis sa création, il a acquis plus de 24 millions d’objets racontant l’histoire d’Hawaii, du Pacifique et d’autres parties de la Polynésie. Une partie de cette collection d’objets et d’archives est accessible en ligne sur ce site.

Même si on peut regretter qu’il n’y ait aucun lien vers des archives numérisées, on peut mentionner la base intitulée Hawaiian Ethnographics Notes qui permet d’effectuer des recherches sur des centaines de documents (édités et inédits) concernant Hawaï. L’accès se fait selon plusieurs types d’entrées : soit par un mini-moteur de recherche en bas de page, soit par un choix de mots-clefs, par types de sources, ou encore par auteurs, et l’on aboutit à une liste brute de documents peu renseignés. On regrette également qu’un film réalisé sur la démarche de numérisation des collections du musée ne s’ouvre pas.

En terme d'archives sonores ou vidéos, seulement quatre échantillons collectés par l’historienne et compositrice Mary Kawena Pukui (1895- 1986) dans les années 1950-1960 sont téléchargeables ou écoutables par le biais de Quicktime. Ils sont en format MP3, leur poids est indiqué mais pas leur durée. Il s’agit de très courts enregistrements dont un, un chant hawaïen dit par la collectrice, est accompagné d’une transcription en hawaïen et en anglais. Selon le même procédé, deux très courts extraits de films montrent M. K. Pukui dans les années 1930 et 1950. Les extraits sont correctement légendés, daté et contextualisés.

Mais la partie les plus intéressante de ce site est à chercher du côté de la Online Data. Là se trouvent accessibles différentes collections et plusieurs bases de données organisées par thèmes (anthropologie, ressources naturelles, archéologie). Ainsi une collection entière de journaux hawaïens publiés entre 1834 et 1948, et dont de très nombreux numéros ont été intégralement numérisés, sont consultables et téléchargeables (format PNG). La recherche pouvant se faire par mots-clefs, titres ou dates, les articles de journaux ont même souvent été retranscrits en texte (ce que l’on distingue grâce à deux icônes différentes). Enfin le site qui les présente est accessible en hawaïen et en anglais.

La page Ethnology database offre quant à elle l’accès à environ 1000 objets représentatifs des cultures du Pacifique, par l’intermédiaire de photographies insérées dans des notices très simplifiées. Quelques-uns sont d’une part consultables à l’aide de trois entrées thématiques : les artisans de Micronésie, les instruments de musique traditionnelle d’Hawaï, et les modèles de canoës du Pacifique. Ces pages ne s’ouvrent pas toujours, elles comportent peu de photographies des objets (téléchargeables en très basse résolution, JPEG) qu’il n’est pas possible d’agrandir et sont accompagnées d’un court texte explicatif. Dans la partie instruments de musique, la photo de l’instrument est soit accompagnée d’extraits sonores, soit de petits films. Ceux-ci, même après le téléchargement du plug’in Adobe Shockwave Player, ne s’ouvrent pas. Le second moyen pour accéder à la collection numérisée est de cliquer sur chacune des photos présentées sur la page d’accueil. Chacune renvoyant à d’autres photographies d’objets similaires sur lesquelles on peut soit cliquer pour atteindre les notices correspondantes, soit cliquer sur un lien présent dans le texte qui amène vers une liste des objets. Il est dommage qu’une fois dans cette liste il ne soit pas possible d’accéder à la notice suivante ce qui oblige à revenir en arrière. Les photographies peuvent être téléchargées en format JPEG et agrandies si on clique dessus.

Le second moyen pour accéder à la totalité des objets est de passer par la base de données où l’on peut effectuer des recherches par  types d’objets, matériaux, régions et îles d’origine, et collections. Une fois la liste des notices obtenus, les notices illustrées de photographies sont facilement repérables.

En conclusion, même si ce site, créé en 2006, offre encore peu de sources primaires en ligne et s’il ne fonctionne pas toujours correctement, il reste une bonne mine d’informations sur cette aire géographique. Le site est en langue anglaise et hawaïenne.

Pour citer cet article

Référence électronique

Laetitia Nicolas, « Bishop Museum Archives », Aldébaran, Sources de la recherche, [En ligne], mis en ligne le 22 octobre 2008 11h18. URL : http://aldebaran.revues.org/4572. consulté le 30 mars 2017.

Droits d’auteur

Creative Commons by-nc-sa

Creative Commons by-nc-sa 
  • Revues.org