Navigation – Plan du site
Annuaire de sites
Laetitia Nicolas

Pitt Rivers Museum

Notice créée le 24/10/2008, Notice révisée le 26/10/2008
pitt-rivers-museum

Le Pitt Rivers Museum (Université d’Oxford - GB) a été fondé en 1884, lorsque le lieutenant-général Augustus Pitt Rivers (1827-1900), célèbre pour son intérêt porté à l’archéologie et à l’anthropologie sociale, a cédé ses collections à l’université d’Oxford. Celles-ci, augmentées par des dons d’ethnologues, d’explorateurs et d’étudiants, sont composées d’environ 300 000 objets venant de toutes les régions du monde, de manuscrits, de photographies, de films et d’enregistrements sonores. Depuis 1997 le musée, notamment en collaboration avec l’université du Kent, a pris part au projet HEFCE (Higher Education Funding Council) dont l’objectif est d’utiliser les techniques multimédia dans l’enseignement universitaire de l’anthropologie. Une partie de ces collections est donc désormais accessible en ligne gratuitement sur ce site.

L’accès aux collections numérisées est très simple. Une fois sur la page très dense des web resources, il suffit de la parcourir pour atteindre ce l’on souhaite visualiser. Parmi les quinze thématiques proposées, certaines sont des expositions virtuelles davantage tournées vers le grand public. On peut citer celle sur l’art du recyclage, la vannerie et les artefacts, qui mettent en valeur avec goût les collections d’objets et de photographies du musée. D’autres ressources sont davantage liées à une réflexion sur la collecte en anthropologie (collection d’armes et de boucliers de Pitt-Rivers) ou à des éclairages particuliers sur les collections du musée (les objets anglais, les armes et armures, les objets de la basse galerie). Même si elles présentent aussi des photographies des objets, les autres entrées concernent davantage des présentations de sources primaires, exploitables scientifiquement et replacées dans leur contexte de production et non de conservation.

Le Tibet Album, par exemple, est une véritable mine d’informations, très intelligemment mises à disposition. Il présente des cartes mais surtout plus de 6000 photographies, conservées au Pitt Rivers Museum et au British Museum. Celles-ci ont été prises au Tibet entre 1920 et 1950 par divers fonctionnaires britanniques sur lesquels sont donnés beaucoup d’éléments (HTML) : Charles Bell, Arthur Hopkinson, Evan Nepean, Hugh Richardson, Frederick Spencer Chapman, Rabden Lepcha et Harry Staunton. Le site qui présente cet album bénéficie de diverses fonctionnalités assez rares pour être signalées : en premier lieu son mode d’emploi est traduit en tibétain, ensuite il est possible de créer son propre album et de l’envoyer par e-mail, mais aussi de commenter les documents (ces deux dernières étant accessibles une fois arrivé sur la photo). Un accès à une bibliographie complémentaire est aussi proposé. Plusieurs chemins s’offrent à vous pour arriver aux mêmes documents : il y a une entrée par photographes, collections, lieux, dates, et personnes. Chacune de ces pages présente des listes linéaires de documents. Il suffit de cliquer sur la ligne qui vous intéresse pour voir s’ouvrir des pages entières de photographies en vignettes. Là encore plusieurs possibilités : on peut visualiser la photo (JPEG) dans un format légèrement plus grand sans sortir de l’album (en cliquant sur enlarge), ou bien cliquer sur la vignette pour visionner la photo seule (ou la télécharger en très basse résolution). Une fois celle-ci affichée, trois icônes en bas à gauche permettent de zoomer sur une partie à partie choisie à l’aide d’un cadre de sélection, de laisser un commentaire et de l’intégrer dans un album personnel. Mais un des enrichissements les plus remarquables consiste en la possibilité de mettre ce document en regard avec ceux qui apparaissent dans une barre inférieure (soit le négatif de la photographie, soit le recto, soit d’autres versions du même thème prises par d’autres photographes). Enfin la photographie est accompagnée d’une notice extrêmement détaillée. Toutes les pages fonctionnent selon ce même principe. Dans l’accès par collections on peut noter également la possibilité d’accéder aux albums originaux, pages par pages, tels qu’ils ont été faits par les photographes ; la présentation des documents iconographiques utilisés uniquement dans des publications ; la présentation des photographies par rouleaux de négatifs ; et enfin par missions réalisées. L’entrée par lieux entraîne vers plusieurs cartes interactives où d’ingénieuses passerelles sont réalisées entre les trajets de photographes, les lieux pris en photographies et les documents eux-mêmes. L’entrée par dates permet de suivre les expéditions au jour le jour en cliquant sur des calendriers. Enfin l’entrée par personnes offre l’intérêt à la fois de fournir des informations sur les photographes mais aussi sur les personnages tibétains photographiés. Le second moyen pour accéder à toutes ces informations consiste en une recherche avancée dans une base de données accessible par la page d’accueil, où l’on peut combiner différents critères (collection, photographe, date, lieu, personnes et mots-clefs libres).

La collection sur le Sud Soudan donne elle accès aux collections conservées au Pitt-Rivers Museum (1300 objets, 5000 photographies) sur cette aire géographique. Là encore, la présentation est relativement simple. Une barre d’onglets dans la partie supérieure (qui reste toujours visible) ou des icônes dans la partie inférieure permettent d’accéder aux mêmes pages à savoir : une carte interactive qui permet, en cliquant sur une zone géographique, d’atteindre une page présentant à gauche les photographies sur cette région et à droite des objets liés aux différentes groupes culturels qui y résident. Ensuite un accès direct par noms de photographes (18) est proposé, on note au passage que la plus conséquente collection est celle de l’anthropologue E.E Evans-Pritchard (2604 photos). Pour chaque photographe une présentation de la collection est fournie, détaillant bien à la fois sa vie et le contexte de production des documents, puis un accès aux documents numérisés est proposé. Ils sont présentés sous forme de vignettes les unes à la suite des autres. En cliquant sur la vignette vous atteignez une page avec la même photo agrandie (JPEG basse résolution) et sa notice très détaillée. Là encore il est possible d’agir sur le document : trois types de zooms sont proposés pour des vues détaillées ; la possibilité d’inclure la notice dans un très ingénieux et utile « panier » de recherche personnel est prévue (accessible par my research) et enfin on peut commenter le document. Il est utile de noter aussi que le site garde en mémoire les trois dernières recherches effectuées et les cinq dernières pages visitées (indiquées en haut à droite) ce qui permet d’y revenir en cliquant dessus. L’entrée par groupes culturels permet ensuite, en cliquant sur le nom sélectionné dans une liste, d’obtenir les documents qui sont liés au groupe. Comme pour la carte, l’affichage prévoit la mise en regard des photographies et des objets. Ces derniers, suivant le même principe que les photographies, peuvent être agrandis. Il sont complétés par des vues les montrant sous plusieurs angles et des notices très fouillées. Enfin on est sensible au fait que la liste des personnes photographiées soit aussi disponible et mise sur le même plan que les noms des photographes. Deux autres modes d’accès à ces informations sont un simple moteur de recherche en haut à droite qui combine un mot-clef libre et un type de document, ou encore un recherche avancée qui permet de combiner diverses entrées. Enfin, on peut mentionner la présence d’informations sur le projet mené, une bibliographie complémentaire et la présence en page d’accueil de deux encadrés changeants, qui permettent un accès rapide plus grand public à des collections thématiques d’objets et de photos (boucliers, couteaux, parures pour bovins, accessoires de danses). Enfin, dans le même ordre d’idée, cinq icônes en page d’accueil permettent aussi d’aller directement à d’autres collections thématiques (jouets, flèches, paniers, instruments de musique et bijoux). Même si quelques photos ne sont pas accessibles, et si l’on peut regretter que les objets ne soient pas montrés en situation, on ne peut que complimenter la démarche initiée ici.

Une autre des collections, est la Luo visual history. Cette page présente 350 photographies (JPEG) prises à Luo (Kenya) entre 1902 et 1936. Leur accès est là encore facilité par une présentation ergonomique : une barre de menus latérale propose les différents moyens d’accès à ces sources. Vous pouvez ainsi visualiser en une seule fois toutes les photographies : elles apparaissent alors en vignettes, en cliquant dessus s’ouvre une photo agrandie (téléchargeable en JPEG basse qualité) et sa notice détaillée. Vous pouvez y accéder par le nom du photographe, par lieux, ou personnes photographiées. Un autre accès intéressant à remarquer est celui par types de prises de vues ou thèmes : portraits, paysages, archéologie, architecture, bovins, parures, rites funéraires.

The Forster collection nous entraîne quant à elle vers une collection, datant du 18e s.,  dédiée à la culture matérielle et à l’art du Pacifique. L’histoire de cette collection et le parcours de Johann Reinhold et Johann Adam Forster avec J. Cook entre 1772 et 1775 sont très clairement expliqués. Chaque première page renvoyant, si on le désire, à des compléments bibliographiques pointus, pour la plupart des articles en texte intégral accessibles en ligne (HTML). Pour parcourir les documents numérisés, trois manières s’offrent à vous. La première est une entrée intitulée Catalogue des curiosités. Elle correspond aux seize manuscrits dans lesquels les Forster eux-mêmes cataloguent les objets de retour de leur voyage. Trois options sont proposées : voir les manuscrits et leur transcription, voir les manuscrits uniquement ou bien voir les transcriptions uniquement. Dans le premier cas, les pages (HTML) qui s’ouvrent dans de nouvelles fenêtres, permettent un très astucieux accès à ces archives papier. En effet, vous pouvez visualiser en haut la photographie (téléchargeable en JPEG) de l’original, faire défiler les pages par des vignettes latérales, et surtout accéder à la transcription placée sous l’original. De plus, dans la transcription, en cliquant sur chaque numéro d’objet, une page HTML s’ouvre dans une autre fenêtre, le décrit de façon détaillée et en montre le cas échéant des photographies (renvoyant elles-mêmes si on clique dessus à une nouvelle fenêtre où elles sont agrandies). La seconde possibilité consiste à passer par une base de données avec recherche libre ou en combinant divers critères. Les résultats apparaissent sous forme de liste, il suffit alors de cliquer sur le numéro souhaité pour atteindre la notice de l’objet. La troisième voie d’accès passe par une galerie de 252 images : on peut soit cliquer sur chacune des vignettes, soit utiliser les listes thématiques. Enfin des compléments bibliographiques et archivistiques sont fournis, ils ont été l’occasion de mises en valeur de cette collection.

La Thesiger Web Gallery, présente ensuite une centaine de photographie parmi les moins connues de Wilfred Thesiger (1910-2003). Cet explorateur et écrivain a pris plus de 38 000 photographies en 50 ans (toutes numérisées mais non accessibles en ligne) lors d’expéditions au Moyen-Orient, Afrique et Asie. Le projet de numérisation et de documentation des photographies est précisé en page d’accueil. L’accès aux documents est très simple. Il se fait uniquement par les 4 aires géographiques indiquées en page d’accueil : Arabie, Afrique, Asie, Iraq. Les photographies apparaissent alors toujours sous formes de petites vignettes sur lesquelles on peut cliquer pour les agrandir (JPEG basse résolution). Elles sont simplement accompagnées de légendes succinctes comportant le titre et l’année. Une fonctionnalité pratique est à noter : une fois sur la photographie agrandie, des flèches permettent de naviguer vers le document précédent ou à venir, sans avoir à repartir sur la première page.

Enfin, la collection de photographies de l’expédition de Robert Hottot au Congo en 1908-1909 est également accessible. Même si la collection ethnographique de cet explorateur français (comportant 800 photographies, journaux, objets) compose un ensemble complet représentatif de missions en Afrique, on peut regretter ici le peu de documents mis en ligne. Dans le chapitre ressources complémentaires, quelques archives papiers sont consultable en ligne. La taille des documents légendés (JPEG) ne peut par contre être augmentée et leur qualité est moyenne. L’accès à 12 photographies se fait par un menu latéral en page d’accueil, il suffit de cliquer sur les vignettes présentées les unes après les autres pour les agrandir. Celles-ci sont alors de très bonne qualité et plusieurs fonctionnalités permettent de zoomer, de se déplacer sur les photos et même de les visualiser en mode 3D (à condition d’avoir les lunettes adaptées). Enfin 9 documents papiers sont également numérisés (dessin, carte, menu, etc.) mais ne bénéficient pas des mêmes fonctions que les photos pré-citées.

Le site est en langue anglaise.

Pour citer cet article

Référence électronique

Laetitia Nicolas, « Pitt Rivers Museum », Aldébaran, Sources de la recherche, [En ligne], mis en ligne le 24 octobre 2008 12h27. URL : http://aldebaran.revues.org/4912. consulté le 26 juillet 2017.

Droits d’auteur

Creative Commons by-nc-sa

Creative Commons by-nc-sa 
  • Revues.org