Navigation – Plan du site
Annuaire de sites
Anaïs Salamon

Bibliothèque numérique mondiale / World digital Library

Notice créée le 09/04/2011, Notice révisée le 11/04/2011
bibliotheque-numerique-mondiale-unesco

Créée en 2009 à l'initiative de l'UNESCO, la bibliothèque numérique mondiale offre un accès libre et gratuit à une grande variété de documents (livres, manuscrits, cartes, photographies, etc...) représentatifs du patrimoine culturel de tous ses pays membres.

Ses principaux objectifs sont les suivants: "promouvoir l'entente internationale et interculturelle, développer le volume et la diversité des contenus culturels sur Internet, fournir des ressources pour les éducateurs, les chercheurs et le grand public, donner les moyens aux établissements partenaires de réduire les fractures numériques au sein des pays et entre pays."

Le partenariat unique (près de 60 bibliothèques ou centres de documentation et plusieurs fondations privées telles la Fondation du Qatar ou encore la Carnegie Corporation de New York) dont cette bibliothèque numérique est issue lui a permis d'intégrer des collections patrimoniales et culturelles d'une richesse extraordinaire en provenance du monde entier :

- Amérique du Nord et du Sud (516 documents)

- Europe (533 documents)

- Moyen-Orient et d'Afrique du Nord (215 documents)

- Afrique (123 documents)

- Asie centrale et du Sud (70 documents)

- Asie de l'Est (123 documents)

- Asie du Sud-Est (49 documents)

- Océanie et Pacifique (31 documents).

La page d'accueil permet d'accéder aux documents via une mappemonde interactive par zone géographique. La page d'accueil propose également grâce à une chronologie interative de limiter les documents à une période temporelle précise. Enfin, l'usager peut naviguer de façon transversale par lieu, période, thème, type de document et institution d'origine en utilisant la barre de navigation située en tête de la page d'accueil.

Au sein de chaque zone géographique (pages accessibles en cliquant sur la carte interactive), un menu permettant d'affiner la recherche apparaît sur la gauche de l'écran. Les résultats s'affichent par défaut sous forme de galerie  mais il est aussi possible de les visualiser sous forme de liste. Un premier clic sur l'image ou le titre ouvre une notice bibliographique complète incluant une description détaillée. L'objet numérique haute définition est accessible d'un simple clic sur le lien "Ouvrir" situé sur l'image. Les textes peuvent être téléchargés/sauvegardés au format PDF tandis que les images peuvent être téléchargés/sauvegardés au format TIFF grâce au lien situé juste en dessous de la vignette. Les documents sont en outre accompagnés d'entretiens audio avec des spécialistes et associés à des ressources similaires.

L'interface de visionnage des objets numériques est très agréable, et à la fois perfectionnée et simple d'utilisation. Pour les livres, articles et manucrits, les vignettes situées à gauche de la page permettent de naviguer de page en page. De même, le menu supérieur offre la possibilité d'aller directement à une certaine page. L'image peut évidemment être agrandie, réduite ou encore visionnée en plein écran. Là encore, le document peut-être téléchargé/sauvegardé soit au format PDF (intégralité du texte), soit au format TIFF (uniquement la page visionnée). Les ressources peuvent également être imprimées.

Les conditions d'utilisation des ressources sont détaillées dans la rubrique "Mentions légales" en bas de la page d'accueil.

Le site est eccessible en français, anglais, espagnol, arabe, portugais, chinois et russe.

Derniers articles

S’abonner à ce flux
  • > Livre d'heures

    Livre d'heures
    Ce livre d'heures du XVe siècle appartint à Victor–Emmanuel II, roi de Sardaigne de 1849 à 1861 et premier roi de l'Italie unifiée de 1861 à sa mort en 1878. Selon l'érudit Robert Amiet, le manuscrit est, du point de vue liturgique, une œuvre composite réalisée par un copiste qui avait diverses versions de livres d'heures à sa disposition. Le calendrier quotidien est clairement d'origine parisienne, tandis que les litanies, les heures de la Vierge et les heures des défunts sont inspirées...

  • > Codex sur le vol des oiseaux

    Codex sur le vol des oiseaux
    Outre ses chefs–d'œuvre de l'art de la Renaissance, Léonard de Vinci (1452–1519) était féru de technologie. Il conçut des plans d'inventions, dont certaines avaient des utilisations militaires potentielles, notamment un prototype de char blindé et un équipement de plongée en eau profonde. Parmi les nombreux sujets que Léonard de Vinci étudia, la possibilité d'un vol mécanique humain le fascinait particulièrement. Il produisit plus de 35 000 mots et 500 esquisses ayant trait aux machines ...

  • > Atlas portulan de Battista Agnese

    Atlas portulan de Battista Agnese
    Cet atlas portulan est attribué à Battista Agnese (1514–1564), un des cartographes les plus importants de la Renaissance italienne. Né à Gênes, Agnese fut actif à Venise de 1536 jusqu'à sa mort. Il dirigea vraisemblablement une imprimerie à part entière, où ses cartes étaient réalisées. Il produisit approximativement 100 atlas manuscrits, dont plus de 70 existent encore aujourd'hui, portant sa signature ou attribués à son atelier. Ses atlas, qui sont considérés comme des œuvres d'art pou...

  • > Trésor mexicain

    Trésor mexicain
    Le livre présenté ici est un exemplaire de l'ouvrage communément appelé le Tesoro Messicano (Trésor mexicain). Officiellement intitulé Rerum medicarum Novae Hispaniae thesaurus, seu, Plantarum animalium mineralium Mexicanorum historia (Inventaire des éléments médicaux de la Nouvelle–Espagne, ou Histoire des plantes, des animaux et des minéraux mexicains), il est également connu sous le nom « d'Esemplare Cesiano » pour ses abondantes annotations écrites de la main de Federico Cesi (1585–1...

  • > Description de la sphère céleste et des planètes

    Description de la sphère céleste et des planètes
    Spherae coelestis et planetarum descriptio (Description de la sphère céleste et des planètes) est le manuscrit astrologique le plus célèbre de la Renaissance. Il est composé de 15 miniatures pleine page montrant les sept planètes, avec leurs constellations et des représentations de leur influence sur les activités humaines. Des textes rimés, en écriture gothique, accompagnent les miniatures et servent de légendes. Il est difficile d'identifier le créateur des enluminures, mais les critiques s...

  • > Bréviaire selon la curie romaine

    Bréviaire selon la curie romaine
    Ce manuscrit, Breviarium secundum Romanae Curiae (Bréviaire selon la curie romaine), est l'un des plus importants et des plus représentatifs du style de miniature de Ferrare, de la fin de la période, avec des influences des écoles flamande et lombarde. Composé de 11 feuillets, il est somptueusement décoré et enluminé. L'ouvrage fut copié sur du parchemin très fin, en écriture gothique, sur deux colonnes par Andrea delle Vieze (également dalla Vieze ou Veze) vers 1502–1504. Il comporte 24...

  • > Défilé de la Victoire à Paris

    Défilé de la Victoire à Paris
    Originaire de Deep River, dans le Connecticut, Philip Frank Lund travailla avant la Première Guerre mondiale comme menuisier à Hartford (Connecticut), Savannah (Géorgie), et Palm Beach (Floride). Suite à l'entrée en guerre des États–Unis, il voulut contribuer à l'effort de guerre, par ses compétences en construction, en rejoignant le Corps du génie de l'armée américaine. Il s'enrôla le 1er octobre 1917 et fut affecté à la Compagnie A du 6e Bataillon du génie. Après une formation à Washin...

  • > Sixième Bataillon du génie construisant un pont sur le Rhin, à Hönningen, à l'aide de matériel saisi à l'école allemande de ponton

    Sixième Bataillon du génie construisant un pont sur le Rhin, à Hönningen, à l'aide de matériel saisi à l'école allemande de ponton
    Originaire de Deep River, dans le Connecticut, Philip Frank Lund travailla avant la Première Guerre mondiale comme menuisier à Hartford (Connecticut), Savannah (Géorgie), et Palm Beach (Floride). Suite à l'entrée en guerre des États–Unis, il voulut contribuer à l'effort de guerre, par ses compétences en construction, en rejoignant le Corps du génie de l'armée américaine. Il s'enrôla le 1er octobre 1917 et fut affecté à la Compagnie A du 6e Bataillon du génie. Après une formation à Washin...

  • > Fanfare du 6e Bataillon du génie embarquant sur le « Manchuria », à Brest, pour le retour aux États–Unis

    Fanfare du 6e Bataillon du génie embarquant sur le « Manchuria », à Brest, pour le retour aux États–Unis
    Originaire de Deep River, dans le Connecticut, Philip Frank Lund travailla avant la Première Guerre mondiale comme menuisier à Hartford (Connecticut), Savannah (Géorgie), et Palm Beach (Floride). Suite à l'entrée en guerre des États–Unis, il voulut contribuer à l'effort de guerre, par ses compétences en construction, en rejoignant le Corps du génie de l'armée américaine. Il s'enrôla le 1er octobre 1917 et fut affecté à la Compagnie A du 6e Bataillon du génie. Après une formation à Washin...

  • > Photo d'un char à la sortie d'un abri

    Photo d'un char à la sortie d'un abri
    Originaire de Deep River, dans le Connecticut, Philip Frank Lund travailla avant la Première Guerre mondiale comme menuisier à Hartford (Connecticut), Savannah (Géorgie), et Palm Beach (Floride). Suite à l'entrée en guerre des États–Unis, il voulut contribuer à l'effort de guerre, par ses compétences en construction, en rejoignant le Corps du génie de l'armée américaine. Il s'enrôla le 1er octobre 1917 et fut affecté à la Compagnie A du 6e Bataillon du génie. Après une formation à Washin...

Pour citer cet article

Référence électronique

Anaïs Salamon, « Bibliothèque numérique mondiale / World digital Library », Aldébaran, Collections numériques, [En ligne], mis en ligne le 09 avril 2011 19h53. URL : http://aldebaran.revues.org/6733. consulté le 25 mai 2017.

Droits d’auteur

Creative Commons by-nc-sa

Creative Commons by-nc-sa 
  • Revues.org