Navigation – Plan du site
Annuaire de sites
Marion Lamé et Nicolas Genis

Searchable Greek Inscriptions

Notice créée le 07/06/2011, Notice révisée le 25/01/2012
searchable-greek-inscriptions-anciennement-cederom-phi-7

Le Packard Humanities Institute (PHI) a mis en ligne les inscriptions grecques numérisées auparavant consultables sur le cédérom communément appelé le PHI#7 ; ce contenu continue d’être enrichi et mis à jour. L’interface permet des recherches faciles et une consultation rapide.

Les inscriptions du PHI répertorient la plupart des publications épigraphiques grecques dont un chercheur pourrait avoir besoin : on y entre par régions, puis par zones géographiques plus réduites (souvent les cités) ou par publications (réparties en « Corpora », « Miscellaneous Collections », « Miscellaneous Books », « Journals » et « Supplementum Epigraphicum Graecum »). Une suite de clics mène vers l’inscription à condition d’en connaître la référence précise. Les signes diacritiques du système de Leyde sont respectés ; il est possible de faire apparaître ou disparaître les restitutions de l’édition de référence par un simple clic à quelque endroit de l’inscription affichée. À l’intérieur d’une publication, il est possible de naviguer d’une inscription vers la précédente ou la suivante par deux liens en haut de la page.

Dans un cadre en bas de page, qui peut nécessiter l’installation d’un plug-in Java, il est possible de réaliser des concordances de mots ou d’une simple chaîne  de caractères dans toutes les inscriptions (bouton « Concordance ») ou dans une sélection  (à partir d’un menu déroulant qui suit les principes de classification énoncés ci-dessus), les résultats affichent une ligne par inscription avec les termes recherchés au centre et le contexte du texte de l’inscription de part et d’autre ; enfin, l’emploi de la touche “retour” du clavier présente des statistiques par zones géographiques et la liste des inscriptions trouvées avec un extrait du texte. Le bouton « Help » affiche les opérateurs qui peuvent être utilisés dans ces recherches et la manière de les saisir dans la fenêtre de recherche.

L’affichage du texte grec à l’écran se fait, chaque fois que possible, en Unicode. Il reste toutefois des traces du système d’encodage et de représentation des caractères grecs précédent : le Betacode, qui permettait une translittération standardisée du point de vue informatique. Vous retrouvez des traces du Betacode :
- dans la fenêtre de saisie, il est possible de choisir l’option “Roman” au lieu de “Greek”. La saisie du grec non-polytonique se fait de façon translittérée et en suivant les correspondances du manuel Betacode. 
- pour certains glyphes grecs ne disposant pas encore de représentation numérique adaptée au moment de la numérisation (certains signes de ponctuation par exemple) sont remplacés par une chaîne du type #+numéro (#500 pour les trois points verticaux) qui correspondent à leur emplacement dans la table de codage, lorsqu’ils y sont mentionnés. 

Une telle ressource, simple, facile d’accès et efficace, gagnerait à être plus précise et fiable que ce qu’elle n’est. Par exemple, pour l’inscription IG XII Suppl. 347, II, les inscriptions du PHI donnent ἀνενγύαι à la ligne 2 au lieu de ἀπενγύαι (que l’on trouve dans la version papier des IG et qui est seul correct — tant d’un point de vue d’orthographe qu’au sein de l’inscription elle-même, puisque l’on retrouve le terme quelques lignes plus loin) : une relecture attentive de la numérisation et de l’encodage ne semble pas avoir été faite. Enfin, il n’est pas possible, pour le moment, de citer les inscriptions du PHI comme une référence via un URI (Uniform Resource Identifier) stable, c’est-à-dire un URL par inscription pour permettre des renvois à travers le Web. Manifestement, le choix éditorial n’était pas non plus de renuméroter l’ensemble des inscriptions avec un numéro interne au corpus électronique, mais de fournir simplement un outils de recherche à travers une représentation virtuelle et limitée des corpus papier existants.

De plus, les indications spatiales et chronologiques données pour chaque inscription ne font aucune référence explicite à un élément qui permettrait de les vérifier : quelques références bibliographiques, succinctes et incomplètes, héritées de la génération cédérom, subsistent parfois en début de notice ; il faudrait les élucider avec le cédérom (mais dans ce cas les avantages d’une ressource numérique disponible en ligne disparaissent) et les vérifier (certaines contiennent des erreurs). 

Enfin, les propositions de restitution présentées en apparat critique du corpus qui sert de référence s’affichent de manière étonnante : entre accolades avec des nombres en exposant. Toujours pour la même inscription de Thasos, Hiller a proposé la restitution ἀπ[είργη]ι pour la fin de la ligne 2 et le début de la ligne 3, ce que les inscriptions du PHI affichent ainsi : {27ἀπ[είργη]ι?}27, après les points qui marquent la lacune. Cet affichage n’est pas compréhensible sans la version papier et peut même créer une erreur pour qui s’y fierait.

On regrette enfin l’absence de liens entre les différentes versions des inscriptions, notamment entre les corpus de base et les publications, au format numérique ou papier, dans le Supplementum Epigraphicum Graecum (SEG). 
 
Cette ressource numérique ajoute peu à la publication papier ; au contraire, l’information y est encore plus concise et allusive, sans argumentation ni référence. Malgré tout, les inscriptions du PHI constituent un outil fort pratique, que ce soit pour éviter d’avoir à taper manuellement les inscriptions pour un document personnel (à condition toutefois de vérifier leur exactitude dans la publication papier) ou pour chercher des mots ou expressions dans leur contexte ainsi que des entités (personnes, lieux, etc.) dans tout un corpus ou  à travers un ensemble d’ouvrages, afin de mettre en série certaines inscriptions.

Le Packard Humanities Institute est une fondation à but non lucratif, « dedicated to archaeology, music, film preservation, historic conservation, and early education », et sans rapport avec la compagnie homonyme. Kevin Clinton, Nancy Kelly et John Mansfield (Cornell University, Ohio State University) sont responsables de cette ressource épigraphique, hébergée par le serveur de l’Institut, au moins depuis 1996 — mais ces informations ne sont pas clairement indiquées sur le site internet.
Le site est en langue anglaise.


Entrées d’index

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Lamé et Nicolas Genis, « Searchable Greek Inscriptions », Aldébaran, Portails thématiques, [En ligne], mis en ligne le 07 juin 2011 20h39. URL : http://aldebaran.revues.org/6820. consulté le 24 juillet 2017.

Droits d’auteur

Creative Commons by-nc-sa

Creative Commons by-nc-sa 
  • Revues.org